Quel salarié engagé êtes-vous ?

6 salariés sur 10 ont déjà fait l’expérience d’un engagement citoyen, que ce soit dans une association, un projet solidaire ou un collectif… À cet engagement personnel s’ajoute parfois un engagement dans le cadre du travail, favorisé par les initiatives des entreprises pour développer l’engagement pluriel. Mais à quel point les salariés s’investissent-ils dans ce type de projets ? Découvrez votre profil de salarié engagé.

 

L’aventurier

Généralement salarié de moins de 35 ans travaillant en région parisienne, cadre ou manager, l’aventurier est à la recherche d’expériences nouvelles. Il se définit comme engagé et associe engagement personnel et engagement dans le cadre du travail, ayant déjà eu une expérience  qui ne se limite pas au monde associatif. L’entreprise n’est pas un obstacle au développement de son engagement personnel comme professionnel : au contraire, l’aventurier pense qu’elle l’encouragerait dans ce type de projet. Son entreprise propose d’ailleurs de nombreuses initiatives comme le bénévolat de compétences et le parrainage/mentorat – les plus susceptibles de l’intéresser. L’aventurier représente 23% des salariés.

 

Le militant

Se considérant comme un citoyen engagé, le militant a déjà eu une expérience d’engagement, principalement dans le milieu associatif (auquel il participe toujours activement). S’il n’a pas nécessairement une perception négative de l’accueil que pourrait réserver son entreprise à ce type de d’engagement, il est toutefois relativement prudent. Très intéressé par d’éventuelles initiatives d’engagement de la part de son entreprise, il est avant tout motivé par la perspective de défendre une cause qui lui tient à cœur et par l’utilité sociale du projet. Même s’il a connaissance de certaines initiatives, il expérimente toutefois rarement ce type d’engagement au sein de son entreprise. Le militant représente 21% des salariés.

 

Le pragmatique

Il se dit engagé en tant que personne mais n’a plus beaucoup d’engagements actifs, et lorsque ces engagements existent, il a tendance à ne pas en informer son entreprise. Salarié travaillant depuis plus de 20 ans au sein de son entreprise, il estime que celle-ci ne s’intéresserait pas ou ne donnerait pas d’accueil favorable à toute demande de projet. Il pense généralement que les initiatives d’engagement proposées par l’entreprise  peuvent être bénéfiques, mais pas assez encouragées en interne. Il accorde de l’importance au fait que l’engagement doit permettre de sortir du quotidien. Le pragmatique représente 38% des salariés.

 

Le réfractaire

Ayant peu d’expérience d’engagement citoyen, il se définit comme peu engagé à titre personnel. Il cloisonne très clairement, s’il en a, son engagement personnel et sa vie de salarié. En effet, il a une perception négative de l’intérêt que peut porter son entreprise à ce type d’engagement et n’est pas très intéressé par les éventuelles initiatives qui pourraient lui être proposées, doutant de la sincérité de la démarche. De façon plus globale, il ne considère pas que l’entreprise soit légitime sur ce terrain et que ce type d’engagement puisse être bénéfique. Généralement ouvrier ou travaillant dans les services aux particuliers, le réfractaire représente 19% des salariés.

 

* Statistiques tirés de l’étude quantitative « L’engagement pluriel » réalisée par Opinion Way. Une publication de l’Observatoire de l’Engagement, co-créé par les sociétés Carewan et Osagan, dans le cadre d’un contrat de recherche avec l’Université Paris-Dauphine.
By |2018-10-11T10:02:55+00:00October 11th, 2018|

L’Engagement pluriel. Et au niveau international, ça donne quoi ?

Intervention de Bernard Coulaty au 3e Forum de l’Engagement. Juin 2018. Photos : © Vincent Boisot
 

A l’occasion du 3eForum de l’Observatoire de l’Engagement Bernard Coulaty, ex-DRH au sein de grands groupes en France, en Europe et en Asie. Auteur de l’ouvrage “New Deal of Employee Engagement”(dont l’adaptation française sera publiée en Décembre 2018 aux Editions EMS sous le titre « Engagement 4.0 ») est intervenu sur l’engagement pluriel pour proposer une mise en perspective du sujet au niveau international.

 

> Quel chiffre avez-vous retenu de l’étude quantitative sur l’Engagement Pluriel menée auprès des salariés Français ? Et, de votre point de vue, ce chiffre serait-il identique si l’étude avait été menée au niveau international ?

Un chiffre a retenu mon attention : pas loin de 40% des salariés français sont des « pragmatiques » selon la typologie de Opinion Way* : forte ancienneté dans leur entreprise, séparant leur vie personnelle et professionnelle, ouverts aux initiatives de leur entreprise mais prudents à s’engager davantage et à se confier sur leurs engagements extérieurs.

En Asie mon expérience est un paradoxe : il y a davantage d’écart entre « réfractaires » qui protègent leur vie personnelle (leur « jardin secret ») et « aventuriers » ou « militants » qui s’engagent dans des causes diverses très appréciées ici (causes relatives aux enfants, aux personnes âgées, à l’environnement…) mais avec une loyauté à l’entreprise beaucoup plus faible compte tenu de la volatilité du marché du travail.

 

> Pour vous, quelle est la principale différence entre l’engagement pluriel en France et Asie ?

En Asie, il est d’usage de compartimenter davantage entre vie personnelle et professionnelle, de garder un « jardin secret ». Les engagements individuels sont nombreux mais peu relayés par les entreprises, car les salariés changent régulièrement d’entreprise (turnover moyen supérieur a 30%).

 

> De nombreuses questions ont été posées pendant le Forum sur la génération des millénials (appelée aussi génération Y, née entre le début des années 80 et le milieu des années 90), pensez-vous que l’engagement pluriel est une question de génération ? D’habitudes culturelles liées à un pays ?  

Il est clair que les jeunes générations sont plus sensibles à ces sujets car encore plus en recherche de « sens » et de « planète responsable » que leurs ainés. Ceci est encore plus vrai en Asie ou de nombreux millénials ont des engagements de type « charity » ou en lien avec les « seniors » compte tenu d’une culture de solidarité familiale plus forte qu’en Europe.

 

> L’étude qualitative a montré, à travers plusieurs exemples dans différentes entreprises, l’impact positif des initiatives sur l’engagement des salariés. D’après votre expérience au sein de grands groupes, y-a-t-il des erreurs à éviter ? Comment initier une action ? De quelle entité doit-elle venir (ressources humaines, communication interne, managers…) ? 

On constate d’expérience que les meilleures actions susceptibles d’engager les collaborateurs de manière durable sont celles qui font l’objet d’une « co-production », entre les collaborateurs eux-mêmes et les acteurs qui les entourent : leur manager direct, les pairs et collègues membres des équipes, les RH.

La principale erreur à éviter est de confondre une « expérience collaborateur » par nature éphémère et l’engagement véritable de ce même collaborateur qui passe par une recherche de sens et un « effort supplémentaire » l’amenant à se développer sur les plans personnels et professionnels, au delà de leur satisfaction du moment.

De même, attention à ne pas confondre RH et RSE, il ne faudrait pas que les actions de type « développement durable » tiennent lieu de politique RH et de stratégie d’engagement pour masquer les carences éventuelles des process de gestion de la performance et du développement des talents. Le « sociétal » ne peut se substituer au « social » !

 

> Les petites entreprises (types PME, TPE) peuvent-elles proposer des initiatives à leurs salariés et quels bénéfices sur le long terme peuvent-elles en attendre ?

Moins de moyens et des structures plus courtes sont 2 aspects qui caractérisent les PMEs du coup l’engagement « pur » des salariés est d’autant plus clé pour la performance de l’entreprise.

Les initiatives qui marchent dans les PMEs sont celles qui développent une proximité entre les niveaux hiérarchiques, une plus grande flexibilité d’organisation de son travail en l’absence de process trop lourds, un feedback en temps réel à chaque collaborateur sur sa performance, des initiatives « formatrices » plus informelles sans passer par des formations classiques trop couteuses…

Les engagements pluriels sont souvent beaucoup plus valorisés dans les PME compte tenu de la proximité hiérarchique, et des relations humaines souvent plus informelles que dans les grands groupes.

* Statistiques tirés de l’étude quantitative « L’engagement pluriel » réalisée par Opinion Way. Une publication de l’Observatoire de l’Engagement, co-créé par les sociétés Carewan et Osagan, dans le cadre d’un contrat de recherche avec l’Université Paris-Dauphine.
By |2018-09-24T14:12:40+00:00September 24th, 2018|

Les entreprises s’intéressent-elles aux engagements personnels de leurs salariés ?

6 salariés français sur 10 sont engagés dans la sphère privée, à titre personnel et donc en dehors de leur cadre professionnel. Mais quelle est la position des entreprises vis-à-vis des ces engagements ?

 

Un engagement qui gagne de la visibilité en entreprise

Bien que 48% de salariés français affirment que leur entreprise n’est pas au courant de leurs engagements personnels, ces projets gagnent toutefois de la visibilité en entreprise aujourd’hui. L’étude d’Opinion Way* montre en effet que plus de la moitié des salariés font part à leur entreprise de leur engagement personnel, même si, la plupart du temps, seuls les collègues sont au courant. C’est plus rarement le cas pour les managers (26% des salariés les informent de ces projets) et pour la direction ou les ressources humaines (13%). Un visibilité certaine, certes, mais à nuancer.

 

Un engagement valorisé ?

1 salarié sur 3 pense que son entreprise valorise ses engagements et s’y intéresse. Loin d’être partagé par la majorité des salariés, ce sentiment de valorisation se retrouve en en grande partie chez les cadres et les managers. Parmi les 38% de salariés qui ont le sentiment que leur entreprise leur laisse le temps de s’engager dans des activités qui leur tiennent à cœur, 48% sont des managers et 45% sont des cadres. Il sont aussi majoritaires parmi les 32% de salariés qui estiment que leur entreprise s’intéresse à leurs engagements. La valorisation de ces projets reste donc limitée mais semble gagner du terrain.

 

Une acceptation qui a fait du chemin en entreprise

« Si vous annoncez à votre hiérarchie que vous souhaitez prendre du temps pour vous engager dans un projet qui vous tient à cœur, quelle serait sa réaction ? »* : c’est la question qui a été posée aux salariés interrogés pour l’étude d’Opinion Way. Les réponses sont partagées entre les salariés qui pensent que leur entreprise aurait une réaction négative et ceux qui pensent qu’elle aurait une réaction positive. 20% des salariés pensent que l’entreprise accepterait mais les pénaliserait de façon indirecte ; 18% pensent qu’elle refuserait et 13% qu’elle essaierait de les dissuader. De l’autre côté, 34% des salariés pensent que l’entreprise accepterait le principe quitte à négocier les modalités, et 15% qu’elle les encouragerait – chiffre qui reste encore peu élevé malgré une acceptation qui touche aujourd’hui près de la moitié des salariés.

 

* Statistiques tirés de l’étude quantitative « L’engagement pluriel » réalisée par Opinion Way. Une publication de l’Observatoire de l’Engagement, co-créé par les sociétés Carewan et Osagan, dans le cadre d’un contrat de recherche avec l’Université Paris-Dauphine.

 

By |2018-09-20T08:45:35+00:00September 20th, 2018|

Les salariés français sont-ils engagés dans la sphère privée ?

Aujourd’hui, 6 salariés sur 10 se définissent comme engagés en tant que personne ou en tant que citoyen. L’étude d’Opinion Way* sur l’engagement pluriel a montré que de nombreux salariés ont ou ont déjà eu une expérience d’engagement, même si encore 39% ne se définissent pas comme engagés. Peut-on dire alors que les salariés français sont engagés dans la sphère privée ?

 

Un engagement qui se vérifie dans les actes…

Parmi les 6 salariés sur 10 qui se définissent comme engagés, tous se sont déjà engagés à titre personnel ou le sont toujours. 60% ont eu au moins un engagement, tandis que 40% ont au moins un engagement actif. Notons que ces engagements dans la sphère privée peuvent être de différente nature : qu’il s’agisse d’une association, d’un projet humanitaire ou encore d’un collectif, les possibilités sont nombreuses. Trois grandes tendances se distinguent néanmoins. La première est le milieu associatif : on estime que 41% des salariés se sont déjà engagés dans une association. Viennent ensuite l’engagement auprès d’un proche en tant qu’aidant (31%) et l’engagement dans un syndicat ou un parti politique (34%).

 

…et dont certaines formes suscitent un réel intérêt

Les 39% de salariés qui ne se définissent pas comme engagés témoignent toutefois d’un intérêt réel pour des projets engageants puisqu’à la question « Vous êtes-vous déjà engagé(e) à titre personnel ? », une grande partie a répondu « Non, mais cela m’intéresserait ». Certaines formes d’engagement attirent en effet, mais il ne s’agit pas des mêmes que celles privilégiées par les engagés. Les projets solidaires ou humanitaires sont ceux qui suscitent le plus d’intérêt chez les salariés : 34% d’entre eux affirment qu’ils aimeraient participer à ce type d’actions. Les conseils de quartier (27%) et les associations (26%) semblent également être des propositions attrayantes pour les salariés « non-engagés », devant le collectif et le syndicat ou parti politique.

 

Des engagements enrichissants

Quel que soit le projet, la plupart des salariés affirment que leurs expériences d’engagement ont été enrichissantes. À la question « Qu’avez-vous le sentiment d’avoir retiré de ces expériences à titre personnel ? », seuls 8% des salariés ont choisi la réponse « rien de particulier », ce qui montre bien que le bilan est globalement positif. Rencontres, connaissances, savoir-faire, énergie positive, épanouissement, fierté… Des apports bénéfiques pour les salariés, en termes d’enrichissement aussi bien personnel que professionnel. Aux entreprises d’exploiter la piste de l’engagement pluriel…

 

* Statistiques tirés de l’étude quantitative « L’engagement pluriel » réalisée par Opinion Way. Une publication de l’Observatoire de l’Engagement, co-créé par les sociétés Carewan et Osagan, dans le cadre d’un contrat de recherche avec l’Université Paris-Dauphine.

 

 

 

 

 

By |2018-09-13T15:11:37+00:00September 13th, 2018|

Les petites phrases des dirigeants et des managers sur leurs nouveaux environnements de travail

Les nouveaux environnements et modes de travail sont-ils vecteurs d’engagement des salariés ? Pour sa troisième étude, l’équipe de l’Observatoire de l’Engagement a interrogé des managers et des dirigeants de 24 entreprises, qui ont mis en œuvre un changement au cours des trois dernières années. Morceaux choisis.

 

Le lien entre l’espace de travail et l’engagement des salariés 

Les différents acteurs interrogés voient dans les espaces de travail un plus, un atout.

« On a globalement un bon taux d’engagement des équipes pour plein de raisons, dans la culture d’entreprise, l’attractivité incroyable de cette marque, la dynamique, les projets qui sont… Donc je pense que tout ça combiné à des engagements de la boîte font qu’effectivement les gens sont globalement très engagés et l’immeuble y a probablement participé pour en tout cas les équipes du siège, ça, c’est indéniable. »

 Mais, d’autres facteurs semblent plus importants que l’espace de travail dans l’engagement.

 « Il y avait d’autres choses qui étaient plus importantes dans notre hiérarchie, dans notre sensibilité par rapport à notre engagement, par rapport à notre état d’esprit. Et je pense que, oui, l’environnement de travail est sûrement un aspect bénéfique mais ça n’est pas le plus critique. »

Finalement, un lien entre l’engagement et l’espace de travail qui n’est pas direct.

« Ce n’est pas parce que vous êtes dans un super environnement de travail que vous vous sentirez bien en travail. Donc je crois qu’il faut regarder cette question-là, avec un peu de, prudence. J’avais déjà fait ce genre d’observation précédemment, c’est-à-dire que des gens se retrouvaient parfois sur de très beaux sites, dans un environnement de travail qui avait l’air motivant et très intéressant, mais finalement ce n’est pas suffisant. »

 

Les impacts des nouveaux environnements sur le bien-être

Les modifications des espaces et des modes de travail font ressortir un sentiment de satisfaction et de fierté concernant les locaux.

« Globalement, la satisfaction est plutôt importante. Alors, pour parler d’engagement directement, je ne sais pas si c’est un engagement, mais les équipes en moyenne sont satisfaites, parce que l’image qui est renvoyée par tous les visiteurs et ça inclut les patrons d’entreprise, du CAC40 et l’image envoyée par tous les clients, c’est que c’est une très belle infrastructure. »

Les reconfigurations permettent d’évoluer dans un espace agréable et de travailler dans de bonnes conditions.

« On a des salariés qui se sont expliqués, qui disent être à 92 % ou 93 extrêmement fiers de ce qu’on a fait. Fier de ce nouveau siège. On a des salariés qui disent que ça favorise leur bien-être à 86 %. Et ça, c’est des choses moi que j’avais eu qualitativement, parce qu’évidemment, les collaborateurs sont naturellement venus vers moi de manière très positive. »

 

Les conséquences positives sur l’activité

La modification des espaces de travail a un impact positif sur le travail collectif.

« Donc plus vous avez décloisonné, plus en fait, ça vous permet aussi d’emmener tout le monde vers le haut, et puis de créer des projets, des strates transversales, ça c’est intéressant. »

« Si l’on tente de faire un bilan de l’expérience on peut dire que nous avons retrouvé l’entrain, l’envie et le sentiment de réussite qui sont de plus en plus présents pour l’ensemble des collaborateurs »

La prise en compte de l’aspect humain et pas seulement productif (salles de détente, de rencontre, animations…) génère une plus grande confiance.

« Au total cette expérience d’aménagement s’est inscrit dans un plan de transformation plus vaste où la direction s’est efforcée de faire ce qui était annoncé pour asseoir la crédibilité et la confiance »

« L’autre signal faible [à tracker] est la confiance dans le management qui doit être un point d’ancrage important car il est clé, au-delà des aménagements d’espace »

 

* Propos et statistiques tirés de l’étude « Les nouveaux environnements et modes de travail : vecteurs d’engagement des collaborateurs ? ». Troisième publication de l’Observatoire de l’Engagement, co-créé par les sociétés Carewan et Osagan, dans le cadre d’un contrat de recherche avec l’Université Paris-Dauphine.
By |2018-08-30T12:26:14+00:00August 30th, 2018|

Enquête d’engagement : les choix structurants de la conception

Les transformations des entreprises, ainsi que l’émergence de politique RSE, constituent un contexte favorable au développement des enquêtes sur l’engagement des salariés. Mais la conception d’une enquête nécessite de faire des choix structurants. Fréquence, ciblage, pilotage… Quels sont les sujets d’arbitrage ?

 

Enquête standardisée ou adaptée à l’entreprise

Lors de la conception d’un dispositif de mesure de l’engagement, il est nécessaire d’arbitrer entre une enquête standardisée ou adaptée. L’enquête « standard » s’adresse à tous les salariés d’un groupe, est relativement dense et fortement structurée. L’enquête peut aussi être adaptée à la spécificité de l’entreprise, aux sujets du moment ou à la population visée. Cette adaptation limite toutefois la comparaison des résultats avec ceux d’autres entreprises ou de disposer d’éléments de benchmark. Pour éviter la standardisation, il est possible d’avoir des actions ciblées pour des besoins particuliers ou lorsque les enquêtes semblent peu adaptées aux problématiques d’une activité spécifiques.

 

Le ciblage du questionnaire

Le ciblage du questionnaire nécessite un arbitrage sa longueur et la nature des questions posées. Les enquêtes globales et complètes sont constituées de questionnaires qui dépassent parfois la centaine de questions. Même si les salariés se prêtent au jeu, ces enquêtes sont particulièrement longues.  La longueur la plus fréquente pour ce type d’enquête dans les entreprises est de l’ordre de 60 à 80 questions.

 

La fréquence des enquêtes

Si une fréquence élevée peut sembler souhaitable, tous les 6 mois par exemple, les enquêtes se heurtent vite à une forme de lassitude des salariés. Face à la lourdeur de gestion du dispositif d’enquête, ils sont en attente d’actions concrètes. Il semble ainsi préférable d’exploiter concrètement les résultats, plutôt que de multiplier les enquêtes pour en améliorer le retour sur investissement. Une enquête d’engagement tous les deux ans constitue la fréquence la plus souvent adoptée par les entreprises.

 

Le périmètre et le pilotage

La conception d’une enquête sur l’engagement pose la question du périmètre. Globale, elle concerne tous les pays et toutes les activités, ciblée, elle s’adresse à une population de l’entreprise comme les managers, les dirigeants ou les équipes sur le terrain. La difficulté d’un dispositif d’enquête global est de répartir et de coordonner les rôles des différents acteurs impliqués : CoDir, ComEx, DRH, DG de BU, managers, collaborateurs… L’enquête doit être un sujet véritablement porté et piloté pour ne pas être une réponse disciplinée aux injonctions du groupe. Pour inciter le management à s’emparer des questions d’engagement, il est fréquent de voir intégrer des indicateurs liés aux enquêtes d’engagement dans les objectifs.

 

 

*Propos tirés de l’étude « La mesure de l’engagement des collaborateurs ». Seconde publication de l’Observatoire de l’Engagement, co-créé par les sociétés Carewan et Osagan, dans le cadre d’un contrat de recherche avec l’Université Paris-Dauphine.

 

 

 

 

 

By |2018-08-23T13:52:41+00:00August 23rd, 2018|

Panorama des pratiques d’engagement pluriel

L’engagement pluriel correspond à l’ensemble des engagements des salariés en dehors de leur travail quotidien. Selon une étude d’Opinion Way sur plus de 1000 salariés en France, 15% ont déjà participé à au moins une initiative organisée par leur entreprise. L’Observatoire de l’Engagement fait un tour d’horizon des pratiques.    

 

Les donations

Parmi les actions de soutien, sous la forme de dons à des associations ou des ONG, plusieurs entreprises offrent aux salariés la possibilité de recommander une structure bénéficiaire.

 

La coordination d’engagements individuels

Généralement attribuée aux fondations d’entreprise, une plateforme est mise en place pour permettre de rendre visible l’ensemble des offres d’engagement pluriel aux collaborateurs. Ils peuvent ainsi en prendre connaissance et déclarer leur intérêt pour telle ou telle action. Un rôle de coordination émerge ainsi, avec la possibilité de trouver l’information à un seul endroit.

 

La RSE

Les politiques RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises, ou Responsabilité Sociétale des Entreprises) inspirent souvent les pratiques d’engagement pluriel. Si les démarches sont mises en place au niveau de l’entreprise, le sujet offre aux salariés une possibilité de s’engager autrement comme par exemple pour le recyclage ou l’écologie.

 

L’intégration à l’écosystème

Pour développer la co-création et le partage de la valeur, de nombreuses solutions sont possibles au sein des membres d’un écosystème. Des missions de mécénat de compétences auprès des PME identifiées comme partenaires et qui font partie de l’écosystème ou faire connaître aux plus jeunes les métiers de l‘industrie, les forums premier emploi…

 

Le lien mission / culture

Le lien entre l’engagement pluriel et l’entreprise peut faire directement écho à la mission de l’entreprise et à sa culture. Organisées par l’entreprise ou sa fondation, des actions de bénévolats connectées à la mission de l’entreprise fédèrent les collaborateurs. Sans forcement être en lien avec le métier, l’action commune illustre la culture de l’entreprise.

 

Le lien activité / métier

Plusieurs pratiques d’engagement pluriel permettent aux salariés de s’engager dans des projets qui reflètent le cœur du métier de l’entreprise comme, notamment, le mécénat qui permet le transfert de compétences des métiers ou la formation de formateurs.

 

L’innovation

Certains engagements pluriels, sont organisés sous l’angle de leur potentiel d’innovationcomme, par exemple, faire le don des surstocks ou d’invendus dans un objectif solidaire. Les pratiques d’engagement pluriel deviennent ainsi une sorte de R&D.

 

La force de rassemblement

Un dernier type de pratique consiste à faire un moment d’arrêt, un rendez-vous annuel partout dans le monde le même jour, où les salariés reçoivent un même message et ont la possibilité de faire le point sur le chemin parcouru et les perspectives afin de situer leur action dans un agenda global. On peut voir cette pratique à la limite du concept d’engagement pluriel, dans la mesure où il s’agit d’un temps d’arrêt et de recul par rapport à son travail quotidien.

 

* Propos tirés de l’étude « L’engagement pluriel ». Une publication de l’Observatoire de l’Engagement, co-créé par les sociétés Carewan et Osagan, dans le cadre d’un contrat de recherche avec l’Université Paris-Dauphine.
By |2018-10-15T15:28:03+00:00July 5th, 2018|

Quand les politiques RSE inspirent l’engagement pluriel

Les politiques RSE donnent une nouvelle vision du rôle et de la responsabilité de l’entreprise dans la société. Si les démarches sont mises en place au niveau de l’entreprise, le sujet offre aux salariés une possibilité de s’engager autrement que dans leur travail quotidien.

 

Des pratiques RSE encouragées

La RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises, ou Responsabilité Sociétale des Entreprises) regroupe l’ensemble des pratiques mises en place par les entreprises dans le but de respecter les principes du développement durable. Les actions menées vont permettre à l’entreprise de mieux répondre aux défis auxquels elle est confrontée, comme par exemple l’impact sur l’environnement, mais aussi de satisfaire les attentes de plus en plus fortes des actionnaires, des fournisseurs, des syndicats… Les consommateurs poussent aussi les entreprises à être plus transparentes sur les conditions de production et à proposer des produits plus respectueux de l’environnement. Et enfin, l’implication de l’entreprise dans le développement durable peut être un facteur d’attractivité des talents et d’engagement des salariés.

 

Les initiatives de la marque Kaporal

Créée en 2004, la marque Kaporal a construit son identité autour du jeans et propose toute une gamme de prêt-à-porter. Elle compte aujourd’hui un réseau de détaillants multimarques, des boutiques dont des franchises et se positionne comme une véritable alternative aux marques internationales. A partir de l’initiative d’un groupe de salariés souhaitant s’investir dans des actions pour l’environnement : favoriser le tri, remplacer les gobelets par des mugs plus durables… le programme « Kapo écolo » a été créé. Cette action émergente, inspirée par la politique RSE de Kaporal, est accompagnée et soutenue par l’entreprise. Le projet « Recycle ton jean », une campagne de collecte de vieux jeans, a également été créé en 2015 en partenariat avec un atelier de couture d’insertion et des jeunes créateurs. Une opération participative qui permet de proposer des créations 100% upcyclées.

 

Des salariés prêts à s’engager

D’après l’étude d’Opinion Way sur l’engagement pluriel, 73% des salariés français jugent l’entreprise légitime pour proposer à ses salariés de s’engager dans des causes ou des projets sans lien direct avec leur travail. D’une journée consacrée à un projet pour association, un congés solidaire ou du mécénat de compétences, 77% d’entre eux seraient intéressés par au moins une initiatives potentiellement proposées. En dépit d’un intérêt certain de la part des salariés pour des initiatives favorisant leurs engagements pluriels, dans les faits on constate que ces initiatives sont encore peu visibles : 42% des salariés n’ont pas connaissance de l’existence d’initiatives similaires au sein de leur entreprise.

* Propos tirés de l’étude « L’engagement pluriel ». Une publication de l’Observatoire de l’Engagement, co-créé par les sociétés Carewan et Osagan, dans le cadre d’un contrat de recherche avec l’Université Paris-Dauphine.

 

By |2018-06-28T13:31:42+00:00June 28th, 2018|

L’engagement pluriel. Tout savoir sur le 3e Forum de l’Observatoire.

Le 3eForum de l’Observatoire de l’Engagement s’est tenu le 12 juin 2018 à l’Université de Paris-Dauphine sur le thème de l’engagement pluriel. Un concept encore peu étudié qui aborde, à travers deux études, la manière dont les entreprises interviennent dans les possibilités offertes aux salariés de s’engager autrement, ou ailleurs, que dans leur travail quotidien.

Les temps forts en images

L’Engagement Pluriel : de quoi parle t-on ?
Intervention de Bernard Benattar, philosophe du travail
Les résultats de l’étude quantitative auprès
 d’un panel de 1 000 salariés. Présentation par Anca Jomain et Joseph Coviaux- Opinion Way
Le partage des pratiques inspirantes en entreprise et regards croisés. Echanges animés par Fabienne Simon avec Vanessa de Lauzainghein, Directrice mécénat, philanthropie et fonds structurels Apprentis d’Auteuil et Vincent Defrasne, Directeur de la Fondation SOMFY
Le partage des pratiques inspirantes en entreprise et regards croisés.Echanges animés par Fabienne Simon avec Raphael Benda, Secrétaire Général AXA Atout Coeur, accompagné de Jean Gaussot manager du Groupe AXA
Les résultats de l’étude qualitative menée
 auprès d’une dizaine d’entreprises. Présentation par Serge Perrot
- Professeur à l’Université Paris Dauphine
Mise en perspective. Proposée par Bernard Coulaty, ex-DRH au sein de grands groupes et auteur de l’ouvrage “New Deal of Employee Engagement”, Editions McGraw-Hill Education
120 personnes ont assisté au 3e Forum de l’Observatoire de l’Engagement
Les entretiens de l’étude qualitative ont tous été réalisés par l’équipe de l’Observatoire de l’Engagement

Le résultat des études

> L’engagement pluriel – Étude qualitative

Enjeux, panorama, impacts… L’étude qualitative conduite sur 10 entreprises de taille et secteurs divers propose un panorama illustratif des  dispositifs d’engagements pluriels à l’initiative des entreprises, avec notamment l’observation de pratiques comme la création de fondations, le recours au bénévolat et au mécénat de compétences.

3 curseurs constituent le premier facteur clés de succès : engagement individuel vs. engagement collectif, hors métier vs. cœur métier, et logique de don vs. co-création. Les curseurs orientés vers le collectif, le cœur métier, et la co-construction ont le plus fort potentiel de création de valeur. D’autres facteurs clés de succès sont également mis en évidence.

Et enfin, l’étude propose un décryptage des impacts possibles des pratiques d’engagement pluriel au niveau individuel et au niveau de l’entreprise. Comment et dans quelles conditions l’engagement pluriel peut être source de motivation accrue et de retombées positives.

« L’engagement pluriel » a été mené entre janvier et mai 2018 en partenariat avec l’Université Paris‐Dauphine sur la base de 13 entretiens semi‐directifs auprès de 10 entreprises de toutes tailles et tous secteurs d’activité, qui encouragent leurs employés à s’engager d’une manière ou d’une autre : AXA, BNP Paribas, Danone, Kaporal, Le Lab RH, Leroy Merlin, Sanofi, SAP, Sodexo, Somfy.

> Et si la pluralité des engagements était source de performance au travail ? Étude qualitative

Quelles sont les différentes formes d’engagement des salariés ? Sur quoi et comment ils s’investissent ou ont envie de s’investir ? Pour quels bénéfices ?

L’étude quantitative révèle que les possibilités, pour les salariés, de s’engager pour une cause au sein de leur entreprise, restent peu développées. Pourtant, ils sont 6/10 à être engagés dans la sphère privée, plus de 73% jugent leur entreprise légitime pour lancer des initiatives d’engagements autres que le travail en lui-même et parmi eux 77% seraient intéressés.

Si seulement 15% des salariés interrogés ont déjà participé à une telle action, ils déclarent en avoir retiré “une énergie positive” (40%), de la fierté (38%) et des compétences relationnelles (35%).

Pour favoriser l’engagement des salariés, l’étude montre qu’il faut encourager les engagements pluriels en se mettant à l’écoute des besoins et des envies. Ainsi, 4 profils types de salariés sont proposés pour adapter les initiatives aux différentes population de l’entreprise : les aventuriers, les militants, les  pragmatiques et les réfractaires.

« L’engagement pluriel – Et si la pluralité des engagements était source de performance au travail ? » a été menée par OpinionWay du 21 au 30 mars 2018 auprès d’un échantillon représentatif de 1013 salariés travaillant dans des PME, ETI et Grandes Entreprises selon la norme ISO 20252.

Les ressources en ligne

L’Observatoire de l’Engagement a pour mission de favoriser les échanges entre les acteurs du monde de l’entreprise, de la recherche, des institutions et de suivre les évolutions et les attentes sur ce thème qui s‘étend au delà des politiques de ressources humaines.

Les travaux permettent de croiser trois regards sur la question de l’engagement : ceux du monde de l’entreprise, du conseil et de la recherche universitaire pour développer des ressources pertinentes pour le monde de l’entreprise.

Les études et les ressources sont mises à la disposition de tous les acteurs : entreprises, étudiants, enseignants, acteurs de la formation, institutions…

Téléchargez l’étude qualitative
Pour citer cette étude :
L’ENGAGEMENT PLURIEL [en ligne]. Publication de l’Observatoire de l’Engagement, co-créé par les sociétés Carewan et Osagan, dans le cadre d’un contrat de recherche avec l’Université Paris-Dauphine. Disponible sur http://observatoire-engagement.org/wp-content/uploads/2018/06/Etude-Engagement-Puriel-Obs-Engagement-Paris-Dauphine.pdf
Téléchargez l’étude quantitative
Pour citer cette étude :
L’ENGAGEMENT PLURIEL – Et si la pluralité des engagements était source de performance au travail ? [en ligne]. Etude menée par OpinionWay pour l’Observatoire de l’Engagement du 21 au 30 mars 2018 auprès d’un échantillon représentatif de 1013 salariés.
Disponible sur http://observatoire-engagement.org/wp-content/uploads/2018/06/Engagement-Pluriel-étude-Quantitative-Opinion-Way.pdf

By |2018-06-14T13:21:20+00:00June 14th, 2018|