La revue de presse de l’Observatoire de l’Engagement #Octobre2019

Présentéisme, management, managers neuro-friendly, … L’Observatoire de l’Engagement a sélectionné 5 sujets en lien avec l’engagement des salariés dans les articles de la presse parus en octobre.

Demain tous managers « neuro-friendly » !
« Voulez-vous un peu d’aide ? Vous feriez bien de prendre une pause ! » Le conseil provient d’une intelligence artificielle qui analyse les signaux cérébraux enregistrés à partir de capteurs intra-auriculaires semblables à des oreillettes d’écoute musicale. Ces écouteurs mesurent en temps réel l’état cognitif et affectif d’un individu. L’objectif est de tirer le meilleur parti de ses moments d’attention. Grâce aux progrès de l’imagerie, les neurosciences connaissent des développements fulgurants révélant les mécanismes de l’apprentissage, de la mémoire, de la motivation, de l’engagement, de l’attention, de la prise de décision et du leadership. La science peut façonner des « managers neuro-amicaux » capables d’organiser leur travail et celui de leur équipe pour réduire le stress et stimuler leur créativité. La reconnaissance est clef, d’autant qu’elle a une réalité physiologique, soulignent les chercheurs : elle active les circuits neurologiques de la récompense sur lesquels reposent la motivation, la confiance et la cohésion sociale. Rien de tel pour la stimuler qu’un environnement de travail « neuro-bienveillant »
Comment les neurosciences s’emparent du monde de l’entreprise
Article du 12/10/2019

L’influence des liens entre salariés sur l’entreprise
Une étude de la Cass Business School révèle que les équipes liées par une forte amitié sont plus susceptibles de se montrer persévérantes dans une situation délicate. Les chercheurs ont analysé les données de 66 équipes entrepreneuriales et ont ainsi pu étudier comment elles réagissent lorsque leur entreprise commence à rencontrer des problèmes financiers, et surtout le rôle des sentiments dans l’entrepreneuriat. Le résultat : plus les liens internes entre salariés sont importants, plus ceux-ci s’engageront à vos côtés, et plus vous avez de chances de sauver une société en difficultés. Un entrepreneur qui sera soutenu par ses salariés aura donc bien plus envie de continuer à investir dans son projet qu’un entrepreneur qui, seul face à ses problèmes, décidera la grande majorité du temps de baisser les bras.
Les émotions, la « boite noire » de la prise de décision entrepreneuriale
Article du 09/10/2019

Comment parlez-vous de votre entreprise ?
Utiliser « nous » ou « elle » pour parler de son entreprise dénote le rapport affectif que vous entretenez avec votre boulot. Le « nous » est marqueur de l’engagement. Les salariés très investis s’identifient à l’entreprise, à ses produits, à ses services. Cette habitude est également plus fréquente dans les PME où la connivence s’installe plus facilement entre les salariés et où le processus d’identification est plus simple. C’est aussi davantage le cas quand l’entreprise est très ancrée localement et a une histoire forte. « Nous » est plus marquée chez les cadres car ils ont plus de chances que les employés de tirer des avantages de leur travail. A contrario, certains salariés mettent un point d’honneur à toujours dire « elle » en parlant de l’entreprise qui les emploie. Ils veulent marquer une dissociation. Cette mise à distance reflète aussi, parfois, un passif professionnel douloureux ou une volonté de ne pas être assimilé à sa hiérarchie.
Pourquoi dîtes-vous plutôt « nous » ou « elle » pour parler de votre entreprise ?
Article du 16/10/2019

Il faut réinventer le management
Face aux mutations actuelles des formes du travail, la question du management est un enjeu de taille. On compte, aujourd’hui, plus de 900 000 travailleurs indépendants qualifiés en France et une multitude de statuts cohabitent dans les organisations. Comment, dès lors, qualifier la relation de ces professionnels avec l’entreprise qui les emploie ? Doit-on également se préoccuper de l’évolution de carrière et du bien-être au travail de quelqu’un venu travailler trois mois, voire une semaine ? Qu’est-on en droit d’attendre, ou d’exiger, de ces personnes ? Il n’y aujourd’hui aucun référentiel véritable à ce sujet. Pourtant, la vigilance s’impose si l’on ne veut pas voir l’activité du manager perdre tout son sens et se transformer en un simple « staffing ». Il y une opportunité de réécrire, à partir d’une page blanche, de nouvelles règles de jeu, plus adaptées aux attentes individuelles ainsi qu’aux mutations générationnelles.
Manager fera-t-il encore sens demain ?
Article du 18/10/2019

Faut-il rester au bureau sans travailler pour prouver son engagement ?  
Selon une enquête menée par Glassdoor, 30 % des personnes interrogées affirment qu’il est mal vu de quitter le bureau avant 18 h. Et, une personne sur quatre admet être déjà resté au bureau sans être efficace, juste pour être bien vu. La culture managériale française valorise le présentéisme beaucoup plus que celle d’autres pays européens. Les horaires à rallonge sont encore de mise. Les salariés sont nombreux à tenter de prouver leur motivation en arrivant tôt au bureau, et surtout en partant tard. Le télétravail gagne du terrain, mais le principe selon lequel il faudrait être physiquement au bureau pour être un bon élément est toujours de mise. Un principe qui pourrait être remis en cause par les millennials qui réclament un meilleur équilibre entre vie pro et vie perso.
En France, on reste au bureau sans rien faire pour se faire bien voir
Article du 09/10/2019

Par |2019-11-07T09:07:36+00:00novembre 7th, 2019|

La revue de presse de l’Observatoire de l’Engagement #Septembre2019

Déconnexion, arrêt de travail, investissement affectif, soft skills… L’Observatoire de l’Engagement a sélectionné 5 sujets en lien avec l’engagement des salariés dans les articles de la presse parus en septembre.

Encourager l’investissement affectif des salariés
En tirant parti de la puissance des connexions humaines présentes au sein d’une organisation, les entreprises peuvent étendre leur portée et accroître les niveaux de satisfaction de leurs salariés. S’il fait bon travailler dans une entreprise, les salariés les plus actifs et engagés sur les médias sociaux constituent de solides alliés pour transmettre les valeurs et construire la réputation d’une marque. Selon le Baromètre de confiance d’Edelman, le contenu partagé par les salariés, obtient un taux d’engagement huit fois supérieur à celui du contenu officiel de l’entreprise. Par ailleurs, il est partagé 25 fois plus souvent, un argument de poids pour encourager leurs employés à assurer leur promotion de façon positive sur les médias sociaux. Si les entreprises incorporent une culture dans laquelle les médias sociaux prévalent, elles pourront retirer des avantages de leurs employés les plus passionnés et engagés.
Humanisez votre marque grâce à vos ambassadeurs les plus influents
Article du 08/09/2019

Boom des arrêts longue durée chez les moins de 40 ans
Selon le 11e baromètre de l’absentéisme du groupe de conseil Ayming, les arrêts de longue durée chez les 40 ans et moins ont progressé de +23% en 2018. Sont en cause la santé du salarié, mais aussi la maladie professionnelle, les conditions de travail difficiles et l’épuisement professionnel. Les femmes sont plus absentes que les hommes (5,73 % et 3,83 % respectivement), du fait des arrêts maladies liées aux grossesses, mais aussi parce qu’elles ont plus souvent que les hommes des statuts précaires. Tous les secteurs sont impactés par la hausse de l’absentéisme, mais la Santé demeure celui où il est le plus élevé (5,62 %) suivi par le secteur des services (5,26 %). Face à l’absentéisme de longue durée, les entreprises « ont du mal à réagir », note le baromètre. 44 % des salariés témoignent qu’aucune action (adaptation du poste, phase de réintégration, entretien…) n’est mise en place au retour du salarié absent. Selon les salariés interrogés, les facteurs qui ont le plus d’impact négatif sur leur engagement sont « le manque de reconnaissance, l’absence de développement professionnel et le manque d’éthique de l’entreprise ».
Au travail, les absences de longue durée ont augmenté de 10 % en 2018
Article du 03/09/2019

Réinventer la place de l’homme dans l’entreprise
Plus de 1 Français sur 5 ne perçoit ni le sens ni l’utilité de son emploi. La numérisation conduit à un sentiment de mal-être, de déshumanisation de l’entreprise et à la détresse psychologique. Il faut réinventer la place de l’homme dans l’entreprise. Il faut rappeler la raison sociale de l’entreprise, lui redonner une âme et aligner ses valeurs sur les attentes de ses collaborateurs. Pour y parvenir, une révolution totale de la chaîne de valeur du management des talents est nécessaire. Mettre en place une stratégie RH centrée sur l’expérience salarié doit devenir l’axe de toute transformation. Il s’agit de s’intéresser à ce que chaque homme a de singulier et d’unique, à ses valeurs, ses ressorts propres, ses aspirations, ses véritables talents. Chaque salarié doit se sentir valorisé pour ce qu’il est et pouvoir exprimer tout son potentiel.
À quoi cela sert-il de s’intéresser à « l’expérience employé » ?
Article du 27/09/2019

Prenons le temps de déconnecter      
Depuis plusieurs années, les collaborateurs sont confrontés à la multiplication des applications et outils numériques sur leur lieu de travail. Que ce soit pour partager des informations, développer de nouvelles compétences ou échanger avec un mentor, il existe désormais une application pour chaque besoin. Le flux permanent d’informations et de sollicitations favorise une surcharge mentale nuisant dans la durée à l’engagement et à la créativité. Certaines entreprises commencent aujourd’hui à s’emparer du sujet de la lutte contre l’hyper connexion, en développant des approches dites « low tech ». Des expérimentations fructueuses qui doivent lancer une réflexion sur l’utilisation raisonnée des outils numériques, dans l’intérêt de la santé et de la qualité de vie au travail des salariés, mais aussi de leur performance au quotidien. Il ne s’agit pas de supprimer l’utilisation des outils digitaux, mais plutôt de promouvoir des temps ou des espaces de déconnexion favorisant l’apprentissage, la créativité et la concentration
Opinion | Et si l’avenir du travail résidait dans la low tech ?
Article du 24/09/2019

Soft Skills 1 – Hard Skills 0
Les évolutions permanentes des nouvelles technologies obligent les salariés à mettre à jour régulièrement leurs compétences techniques. Bien entendu, ces dernières restent des avantages lors d’un recrutement mais en deuxième critère de sélection selon une enquête réalisée par TTI Success Insights. Les compétences sociales sont déterminantes pour l’entreprise. Les qualités les plus valorisables reposent sur l’esprit d’ouverture, l’esprit de synthèse ainsi qu’un bon relationnel. Mais dénicher ces personnalités n’est pas une démarche aisée. C’est pourquoi, les services RH se tournent de plus en plus vers la cooptation. Selon une étude de l’APEC, 40 % des entreprises auraient recruté par cooptation en 2016. C’est une démarche d’engagement du salarié envers l’entreprise. Un salarié qui coopte choisira forcément parmi ses connaissances le collaborateur dont il sait qu’il fera corps avec la culture d’entreprise.
Quand Les Soft Skills Prennent Le Pas Sur les Hard Skills
Article du 10/09/2019

Par |2019-10-03T08:16:29+00:00octobre 3rd, 2019|

La revue de presse de l’Observatoire de l’Engagement #Été2019

Envie d’une rentrée en douceur ? L’Observatoire de l’Engagement a sélectionné 5 sujets vitaminés en lien avec l’engagement des salariés dans les articles de la presse parus cet été.

Les lectures de vacances 
Pour développer l’engagement de ses équipes, il faut avoir une relation plus humaine et donner du sens à son travail. Dans son livre, « Cultiver l’engagement de vos équipes », Stéphane Simard répond à dix questions qui bloquent les collaborateurs. Dans « L’expérience collaborateur », c’est-à-dire l’ensemble des moments vécus par le salarié de son recrutement à son départ, Corinne Samama donne les clés pour reconquérir l’engagement des collaborateurs. A mesure que le numérique gagnera du terrain, les individus auront besoin d’une présence humaine qui leur inspire confiance. Le digital est un accélérateur d’excellenceopérationnelle, estiment Philippe Jombart et François Le Brun dans « L’excellence opérationnelle ».
Culture d’entreprise : 3 livres pour vous aider à la renforcer
Article du 22/08/2019

Mode d’emploi de la rentrée, si vous avez envie de tout plaquer
L’été est une période propice aux remises en question. Préparer le retour est une bonne astuce pour pallier le manque de motivation post-vacances. Pour reprendre en douceur, vous pouvez commencer parorganiser votre to-do list avec des priorités bien définies. Un manque de motivation est souvent lié à un problème d’engagement et c’est aussi l’occasion de s’interroger sur le sens de vos missions. Cette période est le moyen de repenser vos plans. Après avoir défini vos attentes, il vous sera plus facile de faire une veille active sur d’éventuelles opportunités.
Le blues post vacances, c’est grave docteur ?
Article du 23/08/2019

Organisons une fête au travail !
Les fêtes et les célébrations ritualisent la vie au travail et développent une culture nécessaire à l’investissement de chacun. La fête en entreprise peut être un véritable levier d’engagement. D’abord, il faut trouver ses propres occasions de célébration. Des événements adaptés à chaque type et à chaque culture d’entreprise. Ensuite, de tels événements ne doivent pas se faire sans le concours des salariés eux-mêmes. Une organisation exclusivement verticale empêcherait les gens de se sentir vraiment investis. Et enfin, il est important de capitaliser sur ces actions en créant des supports en amont et pendant l’événement pour constituer un patrimoine culturel de l’entreprise. Ce patrimoine permet d’intégrer le fait que les périodes de travail intenses s’équilibrent par des moments de détente et de divertissement.
Faut-il passer du temps à organiser des fêtes au travail ?
Article du 19/07/2019

5 nouvelles pratiques qui fonctionnent à tester à la rentrée
Des actions atypiques et et réellement déployées par des managers pour générer de l’engagement dans leurs équipes :

    • Une chef de projet dans un grand groupe industriel embarque ses équipes sur la base de réunions courtes, quotidiennes et visuelles. Concrètement, en 15 min tous les jours, avec des jeux de post-it, on découpe les problèmes et les actions à clôturer dans la semaine. Le post-it oblige à formaliser rapidement le problème et la récurrence quotidienne humanise.
    • Un groupe de construction remplace les notes de service trop indigestes par des messages vidéo de 1 à 3 minutes que les salariés peuvent liker et commenter. Les managers volontaires font passer des messages résumés et avec plus d’empathie. Techniquement, ils filment avec un smartphone. Autre avantage du digital : on voit rapidement les réactions des équipes.
    • Ici nous sommes au sein de l’équipe agile d’un incubateur d’un groupe bancaire et tout le monde est challengé pour répondre à la question : « Quel est le problème ? Quel est le challenge à relever ? ». Ce processus itératif intensif permet d’arriver à la vraie source du problème à résoudre, souvent différente, plus précise ou plus complexe que le sujet posé au départ. Ce type de questionnement fonctionne dans plus de 90% des cas s’il y a une volonté d’ouverture, indispensable au processus et que permet et encourage le manager.
    • Le directeur général d’une PME en forte croissance dans l’aéronautique a opté pour une technique applicable par tous : plus de présentation Powerpoint aux équipes. A la place des points collectifs les plus simples possibles, centrés sur les messages clés pour ne pas se noyer dans les chiffres. Chaque manager exprime ses messages à l’oral sans support et l’attention est plus forte.
    • Une directrice du contrôle de gestion d’un laboratoire a lancé des business breakfasts. Il s’agit de petits déjeuners pour échanger de façon informelle entre équipes de management et salariés, sur les sujets dont les salariés ont envie. Un bon moyen de créer du dialogue et de faciliter la compréhension des problématiques du terrain. En bonus : identifier les salariés les plus engagés dans l’organisation.

Managers : 5 Pratiques Pour Embarquer Vos Équipes
Article du 07/08/2019

Vous l’avez manqué ? Rattrapez le 4eForum de l’Engagement dans la presse
Le 2 juillet 2019, l’Université de Paris-Dauphine a accueilli le 4eForum de l’Observatoire sur le thème de « l’Engagement à l’épreuve du réel. Quid du manager de proximité ? ». Le rôle de ces managers, les dispositifs mis en place par certaines entreprises pour les accompagner, leur perception d’un salarié engagé, les leviers de l’engagement, les difficultés… Les résultats de l’étude qualitative et de l’étude quantitative ont été analysé par la presse.

Lire
Le manager de proximité, un rôle charnière au sein de l’entreprise
Article du 03/07/2019
Quand les salariés tirent sur les « petits chefs », mais demandent aussi plus d’autorité
Article du 04/07/2019

Consultez les études
Les études de l’Observatoire

Par |2019-08-29T12:32:18+00:00août 29th, 2019|

La revue de presse de l’Observatoire de l’Engagement #Juin2019

Reconnaissance, valorisation, séniors, initiative innovante… L’Observatoire de l’Engagement a sélectionné 5 sujets en lien avec l’engagement des salariés dans les articles de la presse parus en juin.

La reconnaissance a un impact considérable sur l’engagement au travail
Sept salariés français sur dix estiment ne pas être reconnus à leur juste valeur dans leur travail et le reproche s’adresse directement aux n+1. Pourtant, le pouvoir de la reconnaissance a un impact direct sur le turnover, l’absentéisme, l’engagement, la conflictualité… Il existe plusieurs formes de reconnaissance. La première, dite existentielle, s’adresse à l’individu en tant que personne et passe par le respect, la courtoisie, le  » bonjour  » et l’attention. Un autre type de reconnaissance est celle qui concerne les résultats et se fonde sur un critère mesurable. Si les résultats ne sont pas là, il est possible de reconnaître des compétences, techniques et comportementales ou plus simplement les efforts.
Au boulot, la reconnaissance, c’est sacré (et ça change la vie) !
Article du 11/06/2019

Les séniors sont perçus comme plus engagés, plus compétents et autonomes 
Selon une étude de Malakoff Médéric – Humanis les employeurs ne sont que 47 % à penser que les seniors peuvent apporter beaucoup à l’entreprise. Pour la moitié des dirigeants, l’allongement de carrière est synonyme de risque accru d’accidents et de maladie professionnels, d’arrêts de travail et de résistance au changement. Mais, paradoxalement, quand on demande aux managers si la présence d’un senior dans l’équipe est une chose positive, 68 % répondent positivement, évoquant leur compétence, leur engagement et leur autonomie.
Allonger la vie active : un tiers des salariés et la moitié des dirigeants n’y sont pas prêts
Article du 13/06/2019

Initiative innovante : une plateforme de crowdfunding interne aux entreprises
La plateforme de crowdfunding Teamstarter aide des salariés à monter des projets au sein de leur entreprise. Le principe : les salariés peuvent budgéter puis proposer un projet sur la plateforme. Les autres membres de l’équipe peuvent ensuite choisir tel ou tel projet, qui est réalisé s’il est financé à 100%. Pour cela, l’entreprise alloue à chaque salarié une somme chaque mois, qui est débloquée quand un projet atteint 100% de son objectif de financement.
A la clé, des propositions plus proches des attentes des salariés, un fort engagement, une hausse de la prise d’initiatives et une amélioration de la qualité de vie au travail.
Cette startup vous aide à financer un projet dans votre entreprise
Article du 25/06/2019

Oui au télétravail, mais avec modération !
Selon la 6ème édition du Baromètre Paris Workplace, l’étude de l’Ifop réalisée auprès de 1.600 salariés d’entreprises de 10 personnes et plus, près de 60% des salariés se sentent parfois isolés et 26% des interrogés se sentent « souvent isolés » au travail. Conséquence directe de cette solitude, un plus grand stress et une moindre performance. Les salariés les plus isolés se donnent une note de performance de 6,9 sur 10 contre 8,4 pour les non isolés. Pour diminuer le stress il faut entretenir de bonnes relations dans l’univers professionnel. Les bureaux partagés (2 à 6 personnes), comparés aux open space et aux bureaux individuels semblent favoriser davantage les échanges vertueux.
L’isolement au travail, maladie du siècle ?
Article du 05/06/2019

Valoriser le travail fourni pour développer l’engagement
Selon une étude BPI group en partenariat avec l’institut de sondage BVA, 51% des manageurs sont associés à l’élaboration de la stratégie de l’entreprise. Ils ne sont que 36 % à s’estimer être partie prenante du dialogue social. Leurs responsabilités managériales ont évolué ces dernières années et pour 77% d’entre eux, ces évolutions ont généré du stress. D’autres facteurs sont aussi en cause : un sentiment d’isolement, de manque d’écoute et de transparence du point de vue de la hiérarchie, de nouveaux équilibres à trouver avec leurs équipes. Autre évolution, quand auparavant les séminaires et autres activités de cohésion étaient mis en avant pour souder les équipes, désormais c’est la valorisation du travail fourni, qui est considérée par plus d’1 manageur sur 2 comme l’outil le plus important pour développer l’engagement dans l’entreprise.
Manageurs : 1 Sur 2 Ne Se Sent Pas Associé A La Construction De La Stratégie De Son Entreprise
Article du 23/06/2019

4ème Forum de l’Engagement le mardi 2 juillet 2019.
Cliquez sur l’image, ci-dessous, pour vous inscrire et y assister

Par |2019-06-28T07:36:07+00:00juin 28th, 2019|

La revue de presse de l’Observatoire de l’Engagement #Mai2019

Contrat d’engagement, semaine de quatre jours, burn-out, storytelling… L’Observatoire de l’Engagement a sélectionné 5 sujets en lien avec l’engagement des salariés dans les articles de la presse parus en mai.

Contrat de travail vs contrat d’engagement
Les textes liant employeurs et employés portent sur le temps de travail, la rémunération, les garanties… Mais ils ne disent rien sur l’engagement du salarié au service de la performance et l’engagement de l’entrepreneur à garantir le bien-être de ses salariés. Un contrat de travail d’un genre nouveau serait à inventer sous forme d’un contrat d’engagement. Le salarié s’engage à faire tout ce qui est en son pouvoir pour que l’entreprise soit la plus performante possible et l’entreprise s’engage à faire en sorte que chaque salarié soit bien dans son travail, au quotidien comme sur le long terme. Deux engagements qui pourraient lier, par contrat, la performance au bien-être des collaborateurs.
Opinion | Et si le contrat de travail devenait un contrat de confiance ?
Article du 13/05/2019

Travailler moins pour être plus engagé ?    
60 % des Français opteraient pour la semaine de travail de quatre jours selon le résultat de l’étude The Workforce View in Europe 2019. La recherche d’un meilleur équilibre entre le travail et la vie personnelle motive particulièrement les 35-44 ans. Ils sont 62 % à être favorable à la semaine de quatre jours. Une mesure déjà adoptée en Suède, mais qui passe avant tout par des analyses du temps de travail et de mesure de l’engagement des salariés.
La semaine de travail de quatre jours séduit les Français
Article du 28/05/2019

Une initiative pour reconnaître l’engagement des équipes
Le Groupe SEB annonce le lancement d’un nouveau plan d’actionnariat salarié, qui permettra à ses 20 000 salariés de souscrire à une augmentation de capital réservée à des conditions préférentielles. L’entreprise souhaite avant tout reconnaître l’engagement et la contribution majeure de ses équipes dans l’accélération de sa transformation et donner l’opportunité à ses salariés de l’accompagner, de façon capitalistique, dans ses projets stratégiques.
Seb lance son nouveau plan d’actionnariat salarié
Article du 27/05/2019

« Le burn-out est à relier aux pathologies de l’engagement »
Docteur en psychologie, Patrick Charrier explique que la reconnaissance du burn-out comme phénomène lié au travail détourne l’attention des pathologies de l’engagement. Une réalité qui semble plus économique et politique, que sanitaire. La contrition du marché de l’emploi, la libéralisation à outrance de l’économie et l’appauvrissement même de l’idée de métier, pensé aujourd’hui en compétences, fait du facteur humain la variable d’ajustement des organisations et des stratégies. Privées ou publiques, les entreprises font du surengagement de leurs salariés un principe structurel de leur équilibre par défaut d’autres moyens.
Patrick Charrier : « Le burn-out marque l’échec de l’intégration de l’humain dans les stratégies d’entreprises »
Article du 29/05/2019

Pour engager les salariés dans la transformation de l’entreprise, concoctez un bon storytelling !
Un bon storytelling de transformation doit d’abord répondre à quatre questions simples : pourquoi se lancer dans la transformation ? comment l’entreprise va-t-elle se transformer ? qu’ai-je à y gagner ? comment vais-je être impacté ? Ensuite, choisissez la structure narrative des contes et légendes qui est particulièrement adaptée aux récits de transformations d’entreprise. Des héros, appelés à participer à une quête, partent à l’aventure, passent des épreuves, font face à des obstacles, évoluent d’une situation initiale à une situation finale… et en ressortent eux-mêmes transformés. Ainsi, un discours narratif bien maitrisé permet d’engager de manière efficace et respectueuse les salariés dans la transformation de leur entreprise.
Vous voulez engager vos salariés ? Inspirez-vous des contes pour enfants !
Article du 09/05/2019

4ème Forum de l’Engagement le mardi 2 juillet 2019.
Cliquez sur l’image, ci-dessous, pour vous inscrire et y assister

Par |2019-06-06T07:31:45+00:00juin 6th, 2019|

La revue de presse de l’Observatoire de l’Engagement #Avril2019

Grand Débat, Heures supp’, manager à distance, ambassadeur… L’Observatoire de l’Engagement a sélectionné 5 sujets en lien avec l’engagement des salariés dans les articles de la presse parus en avril.

Les conclusions du Grand Débat. Focus sur l’engagement des salariés
Du 11 au 22 mars, 1 335 dirigeants, partenaires sociaux, salariés ou managers ont répondu au grand débat « Entreprise et cohésion sociale ». Les interrogés considèrent qu’afin d’augmenter l’engagement des salariés, les entreprises doivent en priorité associer régulièrement les salariés au projet de leur entreprise, évoluer vers un management plus collaboratif et développer les compétences et l’employabilité par la formation. Il faut également offrir de vraies perspectives d’évolution, reconnaître davantage les contributions individuelles ou collectives, et favoriser la cohésion et la solidarité au sein des équipes.
Grand débat en entreprise : au-delà des salaires, la question de l’engagement
Article du 25/04/2019

Heures supplémentaires ne riment pas forcément avec productivité et engagement…     
58% des salariés français affirment réaliser régulièrement des heures supplémentaires non rémunérées selon une étude du groupe ADP, spécialisé en ressources humaines. Ils travailleraient en moyenne 4h37 par semaine gratuitement. Pour autant, travailler plus longtemps ne favorise pas une meilleure productivité. Un équilibre est à trouver entre l’engagement des collaborateurs, le nombre d’heures effectuées et le sentiment d’une juste rétribution.
Plus d’un salarié sur deux déclare faire des heures sup’ non payées
Article du 11/04/2019

Manager à distance. Comment faire ? Quelles conséquences sur l’engagement ?
Le télétravail bouleverse les fondamentaux du management et suscite encore des défiances : une perte de productivité, un risque sur l’engagement, un faible sentiment d’appartenance, une moindre reconnaissance de l’autorité, un affaiblissement du statut de manager… La distance oblige à repenser le rôle du manager, sa valeur ajoutée, ses postures et ses méthodes de travail. 8 clés proposées pour bien gérer la distance avec son équipe.
Manager, vous avez peur du télétravail ? Voici huit conseils pour bien gérer vos salariés à distance
Article du 26/04/2019

Transformer un salarié engagé en ambassadeur, il y a une application pour ça !
Pour tirer parti de l’engagement des salariés, la start-up lyonnaise Nexenture a développé une application mobile baptisée « Tous Ambassadeurs ». Concrètement, chaque salarié, peut avoir accès à une information quotidienne sur son entreprise : une actualité liée au groupe ou à son marché, un nouveau projet client, une retombée dans la presse, une nouvelle implantation de la société… L’objectif est de donner les moyens de concrétiser l’engagement au-delà de la fiche de poste.
Nexenture veut encourager les salariés à devenir “ambassadeurs” de leur entreprise
Article du 26/04/2019

Une étude optimiste sur l’engagement des salariés français
Une étude du cabinet de conseil Korn Ferry remet en cause les idées reçues sur le désengagement des salariés français vis-à-vis de leur entreprise. 74 % des salariés français interrogés déclarent avoir de l’intérêt pour leur travail et 75 % déclarent éprouver de la fierté à travailler pour leur entreprise. Selon les calculs du cabinet de conseil, l’engagement des salariés français se situe dans la moyenne mondiale.
Les salariés français démotivés, un mythe ?
Article du 12/04/2019

4ème Forum de l’Engagement le mardi 2 juillet 2019.
Cliquez sur l’image, ci-dessous, pour vous inscrire et y assister

Par |2019-05-02T07:07:02+00:00mai 2nd, 2019|

La revue de presse de l’Observatoire de l’Engagement #Mars2019

Intelligence collective, congés de vie, absentéisme, appli… L’Observatoire de l’Engagement a sélectionné 5 sujets en lien avec l’engagement des salariés dans les articles de la presse parus en mars.

Intelligence collective : un impact positif sur l’engagement des salariés
La tendance à l’intelligence collective semble s’installer durablement dans le monde du travail. Plusieurs solutions font désormais partie du quotidien des entreprises françaises pour démultiplier les performances et générer l’engagement des salariés : Plate-forme intranet ou extranet, réseau social d’entreprise, logiciels de messagerie ou de travail en commun, management partagé, hackathons, boîtes à idées, team building, séminaires, coaching…
Quand l’intelligence collective se met au service de l’entreprise
Article du 18/03/2019

Le « congés de vie », une stratégie pour motiver et garder les jeunes talents
En Australie, Ernst & Young a décidé d’octroyer à ses salariés 12 semaines annuelles de « congés de vie ». Des jours de congés qui pourront être utilisés par blocs de 6 semaines ou en un seul coup pour voyager, se relaxer, travailler à temps partiel… Les managers constatent que plus de flexibilité sur le lieu de travail augmente l’engagement des employés de 11%. Une dynamique insufflée par les millennials.
À cause des millennials, cette entreprise instaure 12 semaines de « congés de vie »
Article du 20/03/2019

L’absentéisme lié au désengagement augmente
Un salarié est absent 17 jours en moyenne par an (13,5 jours il y a 10 ans). Le problème est clairement posé dans le cadre de la grande réforme sur la santé au travail : comment enrayer la hausse des arrêts maladie pour qu’ils coûtent moins cher ? Parmi les causes, entre 35 et 45% des absences sont causées par le désengagement. Des règles et des pratiques sont à réinventer.
Un salarié absent, c’est un signal envoyé à l’employeur : les entreprises invitées à « repanser » le travail
Article du 18/03/2019

Communication, cohésion, bien-être, engagement… les applis à connaître    
L’appli Bloomin aide les managers et DRH à mesurer l’expérience et l’engagement des salariés en instaurant une culture du « feed-back » pour améliorer les relations internes. Comeet utilise l’intelligence artificielle pour créer du lien social et accroître l’engagement au travail. Son rôle est de connecter les profils selon leurs affinités pour des déjeuners, des afterworks ou encore des activités sportives ou culturelles. Et aussi, Smart Coaching un coach virtuel, Noisli pour se concentrer en open space, Supermood l’appli qui donne la parole aux salariés…
17 applis digitales pour se sentir mieux au travail
Article du 30/03/2019

Être soi-même permet d’accroître l’engagement au travail    
Une étude scientifique à paraître dans le Journal of Business and Psychology démontre que le fait d’être soi-même en révélant ses particularités est généralement une expérience positive car elle permet d’améliorer les relations de travail, d’en nouer de nouvelles et de libérer son esprit de pensées liées à la dissimulation de cette différence.
Au travail, être soi-même serait meilleur pour le bien-être et la productivité
Article du 28/02/2019

4ème Forum de l’Engagement le mardi 2 juillet 2019. SAVE THE DATE !

Par |2019-04-04T07:57:01+00:00avril 4th, 2019|

La revue de presse de l’Observatoire de l’Engagement #Février2019

Engagement durable, Transparence, start-up, priorités… L’Observatoire de l’Engagement a sélectionné 5 sujets en lien avec l’engagement des salariés dans les articles de la presse parus en février.

Start-up : Supermood le sondage des salariés en temps réél 
Supermood, start-up lancée en 2015, détecte les points faibles et les points forts de l’entreprise en temps réel grâce à une solution de sondage. Toutes les semaines, des sondages anonymes sont envoyés aux salariés pour mesurer et identifier les besoins puis transmis aux dirigeants pour mettre en place des actions destinées à améliorer leur engagement et leur bien-être au sein de l’entreprise.
Supermood, la start-up qui mesure l’engagement des collaborateurs, lève 2,5 millions d’euros
Article du 19/02/2018
La recette de Supermood pour favoriser l’engagement des collaborateurs
Article du 11/02/2019

Priorités 2019 n°1 : l’engagement des salariés
Le Top Employers Institute, organisme de certification indépendant international, évalue et valorise les meilleures pratiques RH des organisations. Les entreprises distinguées ont toutes une première priorité : elles cherchent à renforcer l’expérience collaborateur. Conditions de travail, projets collaboratifs, études d’engagement pour recueillir l’avis des équipes…
Ressources humaines : quoi de neuf en 2019 ?
Article du 05/02/2019

Le chemin vers un engagement durable
Il est temps d’inventer une nouvelle manière de s’engager dans sa vie professionnelle. Dans Engagement 4.0, Bernard Coulaty aborde les excès du désengagement et du surengagement et définit une typologie en huit profils – des moins engagés au plus surengagés.
Un New Deal pour l’engagement des salariés
Article du 13/02/2019

A lire aussi > Lu pour vous / Engagement 4.0

La transparence sur les salaires est un vecteur d’engagement
Avec succès, certaines entreprises ont décidé de briser le tabou et pratique la transparence salariale. Des initiatives pro-transparence qui émergent aussi sur les réseaux sociaux, notamment dans le secteur de la tech.
Ces entreprises ont mis fin au tabou sur les salaires
Article du 11/02/2019

Investissez les murs !
Les murs sont les meilleurs alliés pour communiquer en interne comme à l’externe sur l’ADN, les ambitions et la stratégie d’une entreprise. Comment offrir un cadre dynamisant peut construire une culture d’entreprise forte et décupler l’engagement des salariés ?
Startups, jetez votre babyfoot et investissez vos murs
Article du 12/02/2019

Par |2019-03-07T09:38:29+00:00mars 7th, 2019|

La revue de presse de l’Observatoire de l’Engagement #Janvier2019

Engagement pluriel, télétravail, job idéal… L’Observatoire de l’Engagement a sélectionné 5 sujets en lien avec l’engagement des salariés dans les articles de la presse parus en janvier.

Les contours du job idéal selon les Français
Une TPE/PME qui porte la valeur du respect, des collègues chaleureux, des horaires flexibles, trois qualités indispensables au management : le respect (71 %), l’écoute (67 %) et le leadership (42 %) … Le job idéal qui donne envie de s’engager existe !
Structure, équilibre de vie… Voici le «job idéal» selon les Français

Article du 14/01/2019

Que peuvent faire les RH pour maintenir un niveau d’engagement élevé ? 
L’étude du service de paie et RH ADP tente de déterminer de quelle façon les salariés perçoivent leur travail, ce qu’ils attendent véritablement de leurs employeurs et ce que les entreprises peuvent faire pour améliorer leurs ressources humaines et maintenir un niveau d’engagement élevé.
Qu’est-ce qui nous rend malheureux au travail ? Ce que les services RH devraient savoir sur leurs collaborateurs

Article du 24/01/2019

L’engagement pluriel a le vent en poupe !
Le 16 janvier, dix-sept dirigeants d’entreprises ont signé un manifeste en faveur du mécénat de compétences et s’engagent à donner aux salariés les moyens de réaliser des actions d’intérêt général, au service d’une association, sur leur temps de travail.
Mécénat de compétences : les entreprises accélèrent

Article du 20/01/2019

Prédire l’engagement avant le recrutement
36% des personnes embauchées ne sont plus en poste au bout d’un an et dans neuf cas sur dix, ces échecs viennent des problèmes de comportement. Ainsi, de nouvelles formes d’évaluation du potentiel ont récemment émergé. C’est le cas du recrutement prédictif qui permet de formuler des prédictions explicites et parfaitement argumentées quant aux capacités de réussite et d’engagement des personnes.
Le recrutement prédictif, une méthode efficace pour éviter les erreurs de casting

Article du 24/01/2019

> Les managers sont-ils prêts pour le télétravail ? 
Hausse de la productivité, réduction des coûts immobiliers, diminution de l’absentéisme et du turnover, accroissement de l’engagement des salariés… Le télétravail présente des avantages considérables pour les employés, les entreprises et l’État. Pourtant, le management en France est encore méfiant : peur de laisser plus de liberté aux équipes, valorisation du présentéisme et management « top-down » en sont les principales raisons.
Se mettre au télétravail ? Pourquoi pas ?

Article du 08/01/2019
Par |2019-02-07T10:51:13+00:00février 7th, 2019|

La revue de presse de l’Observatoire de l’Engagement #Décembre2018

Freins, leviers, sport en entreprise, écologie, salaires… Pour commencer l’année bien informé, l’Observatoire de l’Engagement a sélectionné 5 sujets en lien avec l’engagement des salariés dans les articles de la presse parus en décembre dernier.

Faut-il faire disparaitre l’entretien annuel ? 
Le face à face de l’entretien annuel d’évaluation est remis en question au profit de méthodes alternatives. Selon une étude de Deloitte, 90% des entreprises qui ont revu leur système d’évaluation ont constaté un meilleur niveau d’engagement chez leurs collaborateurs.
Bientôt la fin de l’entretien annuel d’évaluation ?

Article du 07/12/2018

Le sport pour fidéliser les talents et engager les salariés ?
Au-delà des bénéfices pour la santé, une étude évalue l’intérêt de la mise en place de programmes de sport. 57% des salariés interrogés auraient plus envie de rester dans leur entreprise lorsque celle-ci propose des activités physiques. Même si le sport en entreprise est encore un luxe que seuls certaines entreprises peuvent se payer, l’idée est à étudier.
Ambiance, productivité… pourquoi le sport est bénéfique en entreprise

Article du 18/12/2018

Les 35-44 ans sont les salariés les moins engagés
Une enquête de l’institut CSA Research définit six types de relation qu’ont les salariés avec leur entreprise. Il apparait que la défiance règne : 44% des collaborateurs n’ont pas confiance dans leurs dirigeants, ni dans leurs orientations stratégiques. Les salariés en milieu de carrière sont les moins engagés…
Meneur, contestataire, détaché, opportuniste… Quel salarié êtes-vous dans votre relation à votre entreprise ?

Article du 10/12/2018

L’écologie, ce levier d’engagement.
Une large majorité de cadres estiment agir concrètement au quotidien pour réduire leur impact environnemental et sont favorables à des actions plus radicales de leur entreprise. Mettre en place des vélos électriques à disposition des salariés, privilégier des fournisseurs locaux, développer le télétravail et le covoiturage… Des actions en faveur de l’écologie qui peuvent faire partie des leviers d’engagement des collaborateurs.
Écologie et entreprises, les cadres veulent que leur entreprise s’engage plus

Article du 07/12/2018

Salaires et désengagement
Une étude européenne indique que l’argent n’est pas le facteur de motivation principal pour près de la moitié des personnes interrogées qui considèrent que ce n’est pas l’élément qui les pousse à se lever le matin. Mais le chiffre qui inquiète est : 27 % des salariés français pensent plusieurs fois dans l’année à démissionner (12 % l’envisagent au moins une fois par semaine)
Salariés : le moral n’est pas au beau fixe

Article du 07/12/2018
Par |2019-01-10T14:25:12+00:00janvier 10th, 2019|